Rapport annuel

Odyscène Saison 2009-2010

Depuis dix ans, la direction programme chaque année entre trois et cinq spectacles de danse, tout en favorisant la danse contemporaine. Odyscène veut se positionner dans sa région comme un diffuseur branché, offrant à sa population une programmation de spectacles de disciplines variées, où la création artistique novatrice a une place de choix. C’est pour lui un élément très valorisant. La danse fait partie des couleurs que se donne Odyscène, qui, jusqu’à tout récemment, était le seul de sa région à programmer des spectacles de cette discipline. L’équipe travaille chaque année à solidifier le développement entamé dans le passé et à augmenter l’éventail des possibilités. Faire connaître la danse à sa population et augmenter son public fidèle est un objectif prioritaire.

Les bons coups de la saison 2009-2010

  • Pour la saison 2009-2010, les efforts ont été concentrés sur la visibilité médiatique de la danse, que ce soit dans le réseau d’affichage ou encore par le biais du Web. Sur le site internet du Théâtre Lionel-Groulx, diverses initiatives furent réservées à la danse : info-lettre, envoi de publicité à la liste de diffusion et aux adeptes du théâtre sur Facebook, pour ne nommer que celles-ci. Ces efforts ont porté fruits car les journaux locaux ont démontré plus d’intérêt pour la danse. Un intérêt qui s’est traduit par un nombre plus élevé de compte-rendus et de critiques sur les spectacles de danse présentés au théâtre.
  • Également, après plusieurs années de réseautage auprès d’écoles de danse de la région, trois écoles ont formé des groupes pour assister aux spectacles. Une des trois écoles de danse a bénéficié d’ateliers donnés par Sylvain Lafortune de Coleman Lemieux & Compagnie et par Anne Plamondon et Victor Quijada de Rubberbandance Group. Grâce à ces activités d’apprentissage, de jeunes danseurs ont été exposés à des univers chorégraphiques différents; une bonne manière d’ouvrir leur horizon concernant la danse.
  • La présentation du spectacle Rapaillé de Zogma a été un fait marquant de la dernière saison. Ce spectacle, construit autour de l’univers du poète Gaston Miron, a suscité un intérêt autant chez les amoureux de la danse que chez les adeptes du poète.
  • Enfin, selon un rituel bien établit et encore apprécié, les gens étaient conviés après chaque spectacle à une discussion avec les membres des compagnies de danse venus présenter un spectacle. Ces rencontres créent un attachement et développent des sympathies mutuelles tout en démocratisant la relation observateur-créateur.
  • En conclusion, la saison a été très satisfaisante, elle a laissé le sentiment d’avoir atteint les objectifs fixés, bien que les acquis sont fragiles et que beaucoup d’efforts seront à déployer pour élargir le cercle des initiés.

Quelques chiffres…

  • 4 spectacles, 4 représentations, 724 spectateurs
  • 7 activités de développement, 210 participants
  • Un total de 934 personnes touchées

… et des spectacles

  • Sonya et Yves de Bande interdite, le 29 avril 2010, avec 0 spectateurs
  • Punto Ciego de RUBBERBAND, le 7 novembre 2009, avec 364 spectateurs
  • Rapaillé de Zeugma Danse, le 31 janvier 2010, avec 167 spectateurs
  • In Paradisum (projet kudelka) de Coleman Lemieux & Compagnie, le 20 février 2010, avec 193 spectateurs