Rapport annuel

Théâtre Hector-Charland Saison 2011-2012

Par la diffusion de spectacles, la Corporation Hector-Charland contribue au développement, au rayonnement et à la promotion de la culture d’ici et d’ailleurs. Élaborée dans un esprit de promotion de la diversité culturelle et artistique ainsi que dans une perspective de développement des publics, la programmation vise à stimuler l’activité culturelle dans la région en mettant la population en contact avec des productions artistiques de haute qualité. Ces nombreuses initiatives témoignent du désir de diversification, de renouvèlement et de fidélisation du diffuseur.

Avec comme motivation la culture, le public et la communauté, le développement de la danse repose sur de profondes réflexions inscrites dans une démarche de développement durable. L’accès à la culture, les principes de démocratie et d’équité sont au cœur de la mission de la Corporation. Plusieurs orientations témoignent de cet engagement à rapprocher culture et développement durable : la Semaine de la danse à Joliette, l’intégration de la danse au Festival de théâtre à L’Assomption, les activités de développement et de sensibilisation comme stratégie d’accès et d’intégration culturelle.

À travers la diffusion de spectacles et les actions en médiation culturelle, la Corporation Hector-Charland nourrit et soutient l’émergence d’artistes et de compagnies régionales, en plus de soutenir les artistes professionnels lors de la création de spectacles par l’accueil de résidence de création.

Le directeur général et artistique, Claude de Grandpré, et son équipe assistent au plus grand nombre possible de rencontres de programmation et d’échanges ainsi qu’aux événements majeurs des arts de la scène : Parcours Danse, Bourse RIDEAU, Festival Danse Canada, CINARS, etc.

Les bons coups de la saison 2011-2012

  • Le buzz entourant la venue de Cas Public est indéniablement le bon coup de l'année. En plus d’avoir donné une représentation scolaire et une pour le grand public, la compagnie a donné sept ateliers chorégraphiques. Au total, 160 élèves de cinq écoles se sont familiarisés avec la gestuelle de Variations S et ont ensuite assisté au spectacle. Un échange s’est tenu avec la chorégraphe Hélène Blackburn, le répétiteur Pierre Lecours ainsi qu’avec tous les interprètes après chaque spectacle. Mentionnons que Cas Public avait bénéficié d'une résidence au THC pour cette œuvre.

  • Sur une scène extérieure, le spectacle Rapaillé de Zogma a été présenté avec la collaboration de la ville de L’Assomption, durant la saison estivale. En plus d’encourager la présentation de la danse dans des contextes non conventionnels, l’événement a permis d’augmenter sa présence dans l’espace public.
  • Véritable coup de cœur de la direction artistique, Four Quartets de Deborah Dunn a été offert en cadeau aux abonnés de danse pour susciter leur intérêt pour ce type de spectacle de petite forme. Comme le public était installé sur la scène, il a pu apprécier de près la qualité de l'interprétation de Deborah Dunn et les détails de la chorégraphie.
  • Pour améliorer son ancrage sur son territoire, le THC a également investi dans deux projets de création d’artistes de la région. D’abord, la chorégraphe Julie Boisvert, résidente de Joliette, a pu peaufiner sa pièce Histoire de mâchoires lors d’une résidence de quatre jours. Une dizaine d’étudiants ont pu travailler une séquence chorégraphique avec l’artiste, qu’ils ont ensuite transposée dans leur récital de fin d’année. La résidence s’est terminée par une représentation et une rencontre après-spectacle ouvertes au grand public.
  • Ensuite, la chorégraphe émergente Marie-Pier Morin, résidente de Terrebonne, et sa compagnie Özü danse, présentaient leur première œuvre en salle, Quatre chemins. Une entrevue a d’ailleurs été réalisée et présentée en introduction au spectacle de Deborah Dunn. Les deux projets lanaudois ont amené une visibilité médiatique à la danse dans la région.
  • Enfin, le développement de nouvelles routes de tournée avec des collègues de l’Ontario et de Danse Danse a permis d’accueillir la compagnie française Käfig. Ce spectacle a suscité un vif enthousiasme; 300 spectateurs furent du rendez-vous, dont le tiers était composé d’étudiants provenant de quatre écoles. L’une d’entre elles a reçu une subvention, lui donnant l’opportunité d’amener gracieusement 80 élèves de milieu défavorisé. Pour la majorité, c’était le premier spectacle de danse et la toute première visite dans une salle de spectacles.

Quelques chiffres…

  • 8 spectacles, 11 représentations, 2836 spectateurs
  • 21 activités de développement, 1408 participants
  • Un total de 4244 personnes touchées

… et des spectacles

  • Four Quartets de Trial & Eros, le 22 novembre 2011, avec 105 spectateurs
  • Correria / Agwa de Compagnie Käfig, le 17 avril 2012, avec 316 spectateurs
  • Rapaillé de Zeugma Danse, le 20 juillet 2011, avec 450 spectateurs
  • Histoire de mâchoires de Julie Boisvert (chorégraphe indépendante), le 12 janvier 2012, avec 77 spectateurs
  • Quatre chemins de Özü danse, le 5 février 2012, avec 85 spectateurs
  • Variations S de Cas Public, le 15 novembre 2011, avec 553 spectateurs
  • EL 12 de La Otra Orilla, le 17 mars 2012, avec 228 spectateurs
  • Contes pour enfants pas sages de PPS Danse, le 6 mars 2012, le 7 mars 2012, et le 8 mars 2012, avec 1022 spectateurs