Rapport annuel

Théâtre de la Ville Saison 2009-2010

En intégrant le développement de la danse au cœur de son mandat artistique, le Théâtre de la Ville (TDLV) désire offrir à la population du territoire des spectacles de haute qualité. Il veut éveiller la curiosité de sa communauté pour la danse et ses diverses approches artistiques en favorisant surtout, et de plus en plus, la danse contemporaine. La vision du diffuseur est soutenue par différentes actions : la programmation annuelle d’au moins trois spectacles de danse, l’accueil de créateurs en résidence, ainsi qu’un important travail d’accompagnement et de développement de la danse auprès de la communauté. Le TDLV offre aux artistes des conditions favorables de création et de diffusion en mettant à leur disposition le soutien technique et logistique, ainsi que des plateaux de travail adéquats. Dans son travail chorégraphique, Sébastien Provencher propose un art engagé et interdisciplinaire où il cherche à créer des pièces à la frontière entre plusieurs disciplines artistiques, où le corps et le mouvement demeurent les moteurs premiers de création. Il propose un art qui confronte, questionne et émeut.

Les bons coups de la saison 2009-2010

  • De nombreuses activités promotionnelles, publiques et éducatives ont permis d’élargir le spectre du rayonnement de la danse à Longueuil, tout en renforçant la présence de la danse dans la communauté.
  • Dès le lancement de saison, en avril 2009, la présentation en direct d’un extrait du spectacle Sonya & Yves a permis de rejoindre 876 abonnés dont plusieurs ont ensuite assisté au spectacle. La diffusion d’extraits-vidéo des spectacles à venir, projetés avant certains spectacles, de même que la présence sur les lieux d’une agente de développement pour échanger avec les spectateurs, ont permis d’accroître l’intérêt pour la danse.
  • En plus d’interventions-télé accrues, une exposition photo tirée de Nu d’Harold Rhéaume s’est tenue dans le foyer de la Salle Jean-Louis Millette. Par ailleurs, une meilleure visibilité a été assurée au Collège Édouard-Montpetit en utilisant une vitrine consacrée à la Série Danse du théâtre.
  • Des liens ont été solidifiés avec certaines écoles, dont le programme Danse-études au Studio Karo-Forme (Sainte-Julie), la Troupe C du Collège Édouard-Montpetit et La Station, studio de danse (Longueuil). Des activités telles : un atelier avec la chorégraphe Estelle Clareton dans le cadre de sa résidence au théâtre, deux ateliers donnés par le danseur et formateur Simon Ampleman autour du spectacle de Rubberbandance Group et un atelier avec Marilou Castonguay, interprète pour la compagnie Le fils d’Adrien danse, ont également été mis sur pied.
  • Un moment fort et marquant de la saison dernière a été une collaboration avec Annie-Claude Coutu-Geoffroy, interprète et pédagogue en danse, agente au développement au Théâtre Hector-Charland à l’Assomption. Grâce à sa connaissance intime de la danse et du métier, elle a su dresser des portraits d’interprètes à l’occasion des spectacles de Rubberbandance Group et de Le fils d’Adrien danse. Ses descriptions intimistes ont créé une complicité étroite entre les interprètes et la salle et ont ainsi éveillé la curiosité des spectateurs à l’endroit des danseurs, de leur parcours, de leurs influences, de leurs habilités et de leur entraînement.

Quelques chiffres…

  • 4 spectacles, 9 représentations, 2480 spectateurs
  • 13 activités de développement, 1306 participants
  • Un total de 3786 personnes touchées

… et des spectacles

  • Le cabaret dansé des vilains petits canards de Cas Public, le 21 février 2010, le 22 février 2010, le 23 février 2010, et le 24 février 2010, avec 1485 spectateurs
  • Sonya et Yves de Bande interdite, le 21 janvier 2010, avec 383 spectateurs
  • Punto Ciego de RUBBERBAND, le 5 décembre 2009, avec 450 spectateurs
  • NU de Le fils d’Adrien danse, le 11 mars 2010, avec 162 spectateurs