Activités / Danses autochtones et issues de la diversité / Saison 2019-2020

Abonnez-vous (RSS) Quoi de neuf?

  • Lundi 29 avril 2019
    7894


    (Photo: Julie Artacho)

    Ivanie Aubin-Malo fait partie de la cohorte 2018-19 du projet Ontario-Québec. Inspiré par le succès de Jouer dehors, ce programme, qui vise le développement de compétences en diffusion de la danse auprès d’artistes qui s’auto-identifient comme appartenant à une nation Autochtone ou à une communauté racisée, est une initiative de CanDance Presenting Network, La danse sur les routes du Québec et Ontario Presents.

    «Je m’appelle Ivanie Aubin-Malo. Je suis Québécoise, Wolastoqey et danseuse.

    La danse fait partie de moi comme le sont mes origines, c’est mon lien à la nature, autant intérieure qu’extérieure. La danse m’a guidé vers l’affirmation de mes racines autochtones et avec elle je vais à la rencontre du Monde.

    En rencontrant James Jones, un danseur powwow qui a déjà performé internationalement avec A Tribe Called Red, je n’ai pas pu faire autrement que de suivre ses conseils et d’aller à Vancouver pour apprendre la danse Fancy Shawl, danse powwow. C’est son ami Curtis Joe Miller qui m’a appelé à mon arrivée dans l’Ouest canadien et qui m’a proposé de me l’enseigner. Le lendemain, Curtis et moi étions en route ensemble vers notre premier entrainement et je l’ai suivi pendant quatre mois. J’ai compris la richesse d’avoir un mentor dans ma vie.

    En tant que créatrice, je souhaite mettre l’accent sur l’importance de la nature, de la force de la vie et des couches de soi qui sont parfois invisibles, mais qui refont surface lorsque je danse. La notion de prendre soin de ce qui m’entoure et de ce qui est en moi est importante. Pour moi, c’est l’essence même de la créativité. Je souhaite partager de douces sensations à mes relations pour établir ou réétablir un lien de confiance et d’ouverture.

  • Mardi 29 janvier 2019
    7880


    Photo: Alvin Collantes

    Natasha Powell fait partie de la cohorte 2018-19 du projet Ontario-Québec. Inspiré par le succès de Jouer dehors, ce programme, qui vise le développement de compétences en diffusion de la danse auprès d’artistes qui s’auto-identifient comme appartenant à une nation Autochtone ou à une communauté racisée, est une initiative de CanDance Presenting Network, La danse sur les routes du Québec et Ontario Presents.

    «Je suis une artiste professionnelle de la danse depuis environ 15 ans. La danse de rue était à l’avant-scène depuis plusieurs années, mais j’ai suivi une formation dans différents styles de danse. Alors que je vivais et travaillais à Vancouver en 2007, j’ai rencontré Moncell Durden, alias iLLL Kozby, du MOP TOP Crew. Il est venu donner des cours de danse hip-hop et house, et a présenté en avant-première un documentaire qu’il a produit et réalisé intitulé Everything Remains Raw; un documentaire qui souligne l’évolution et les similitudes des danses sociales provenant des communautés noire et latine aux États-Unis. J’ai toujours été intéressée par l’histoire des danses sociales noires, alors ce film m’a interpelée et j’y ai pensé pendant longtemps.

    En 2011 lors d’une répétition tard en fin de soirée, je me suis déchiré le ménisque du genou gauche. Bien que j’étais frustrée et triste à l’époque, c’était vraiment mon corps qui me disait que j’avais besoin d’une pause, ce qui me donnait le temps de réévaluer ce qui était important pour moi comme interprète en danse.

  • Lundi 17 décembre 2018
    7877
    Svāhā par Nova Dance
    Nova Bhattacharya
    Photo: Dahlia Katz

    Bonjour,

    Je m’appelle Nova Bhattacharya. Mes parents sont arrivés au Canada du Bengale-Occidental, en Inde, à la fin des années 60 et se sont d’abord établis sur le territoire mi’kma’ki dans l’est du Canada. Quand je suis née, ils m’ont nommée «Nova» pour honorer la Nouvelle-Écosse et leurs rêves d’une nouvelle vie.

    Le fait d’avoir grandi dans une culture immigrante a eu une incidence énorme sur ma vision de la vie et sur ma pratique artistique. J’ai été constamment témoin de la curiosité des gens à l’égard des différences et de la célébration des points communs. En danse, j’ai toujours été fascinée par les différences, les physiques différents maîtrisant le même mouvement, et les diverses personnalités exprimant les mêmes émotions. Cela m’a conduit à de nombreuses collaborations avec des artistes dont la formation et les techniques étaient très distinctes de mes antécédents au bharatnatyam.

Ce projet pilote propose un accompagnement pour des artistes qui s’auto-identifient comme appartenant à une nation Autochtone ou à une communauté racisée. Le projet vise le développement de compétences en diffusion de la danse. Inspiré par le succès de Jouer dehors, ce programme est une initiative de CanDance Presenting Network, La danse sur les routes du Québec et Ontario Presents. Ce projet est rendu possible dans le cadre du programme d’échanges culturel Québec-Ontario et du Conseil des Arts de Montréal.

Boîte à outils