Showing

December 4, 2013, 2:30 pm
  • DLD - Daniel Léveillé Danse

    Daniel Léveillé Danse is a contemporary dance company founded in 1991 in Montréal by the choreographer Daniel Léveillé. Daniel Léveillé Danse supports the creation, production and distribution of creative projects that are at the forefront of dance and performing arts. It offers a personalized and strategic support for artists to launch their works and reach national and international diffusion, thus contributing to the growing importance of choreographic art.

    • Solitudes solo
      • Justin Gionet

        Photo: Denis Farley
      • Lucie Vigneault

        Photo: Denis Farley
      • Emmanuel Proulx

        Photo: Denis Farley

      Déjà engagé depuis longtemps dans un travail de dépassement du temps, Léveillé propose dans ces solos des formes qui atteignent l’immatérialité. Chaque danseur dans sa danse expose une figure particulière de nous-même, un moment d’une vie qui tend vers son unité et sa beauté, tout en sachant qu’elle ne peut les atteindre qu’au risque de la brisure et de la chute. L’austérité est la condition de cet exercice, qui oppose au poids de la dispersion et du non-sens un idéal quasi spirituel. Daniel Léveillé atteint ici le cœur de son art.

      Léveillé nous prend par la main et nous emmène - et ce si facilement - vers des états émotionnels difficiles qui sont caractéristiques de notre condition humaine. Voilà le fil conducteur qui passe à travers l’ensemble de son oeuvre et qui définit sa contribution.

    • Amour, acide et noix
      • Jean-François Déziel, David Kilburn, Daniel Léveillé, Ivana Milicevic, Dave St-Pierre

        Photo:
      • Frédéric Boivin, Dave St-Pierre, David Kilburn, Ivana Milicevic.

        Photo: John Morstad
      • Frédéric Boivin, Dave St-Pierre, Ivana Milicevic, David Kilburn

        Photo: John Morstad

      Four bodies given over to the dance, reveal what has taken refuge behind the strange, white skin : muscle, water, breath, energy, an outlook on life, so alive and aware of the other, in spite of or maybe because of a need to not be entirely alone. Amour, acide et noix speaks of solitude but also and most specifically of the infinite tenderness of touch, the harshness of life and the desire for avoidance or escape from these bodies, often so heavy. Amour, acide et noix presents nudity as the only true alternative to the reading of the body, frank and free of false modesty. Is not the skin the one true body costume ?

    • S'amouracher
      • Esther Rousseau Morin et Brice Noeser

        Photo: Ben Philippi
      • Esther Rousseau Morin et Brice Noeser

        Photo: Ben Philippi

      Estelle Clareton plonge avec S’amouracher (9e FURIE) dans l’intimité du couple et de la relation amoureuse. Elle y décortique la physicalité qui naît du partage d’un espace commun, le désir, les bouleversements chimiques provoqués par le sentiment amoureux et surtout la difficulté, malgré la volonté, d’être avec l’autre. Entourée de quatre interprètes (deux danseurs et deux acteurs) et de son équipe de concepteurs, la chorégraphe posera un regard hétérosexuel, mature, amusé et optimiste sur cette question sensible, actuelle et en plein bouleversement.

  • Destins Croisés

    The philosophy of the company resides in its name, “Destins Croisés” - crossed fates in French. Founded in 2003 by French-Moroccan-Canadian choreographer, dancer and teacher Ismaël Mouaraki, DC is a Montreal-based dance company that brings together urban and contemporary dances to create original and unique choreographic pieces. Identity and alterity are recurrent themes and motifs in Ismaël Mouaraki’s pieces, exploring the mixing of genres, individualities and hybrid physicalities to reach the essence of the danced body and transcend all social, cultural and artistic boundaries to create with what separates. In Ismaël Mouaraki's world, there is a place for everyone, every art form, every approach.

    • Loops
      • Photo: Marquis Montes
      • Photo: Marquis Montes
      • Photo: Marquis Montes
      • Photo: Marquis Montes
      • Photo: Marquis Montes
      • Jennifer Casimir, David Albert-Toth et Lila-Mae Talbot

        Photo: Whitney Browne
      • Photo: Philippe Provencher

      Le métro est un lieu où l’on ne fait que passer et repasser. De cette cadence en boucle surgit un rythme que l’on ne perçoit que si l’on prend le temps de s’arrêter, contempler, écouter et sentir les masses humaines et les machineries bruyantes qui animent le tunnel. De cet environnement non conventionnel, les danseurs ont enfilé leurs souliers pour danser au rythme du métro. Prenant le pouls de la masse bétonneuse, dans le vacarme des tunnels qui sillonnent la ville, on a voulu saisir le rythme singulier scandé par le passage des voyageurs. « Ce spectacle n’est pas une reconstitution du métro sur scène, mais plutôt un témoignage du corps dans le milieu social dans lequel on vit. », explique Ismaël Mouaraki. En fait, Loops est un voyage en boucle de la rue à la scène où surgit la remise en question de soi par la rencontre de l’autre et de ses différences.

      « Une fresque vivante aux multiples inspirations, la danse urbaine dans sa plus libre expression!» - Corrine Laberge, Cités nouvelles, le 27 octobre 2008

  • Frédérick Gravel et Étienne Lepage

    • Ainsi parlait...
      • Anne Thériault

        Photo: Nadine Gomez
      • Nadine Gomez

        Photo: Daniel Parent

      Tout d'abord une langue dressée. Une langue qui crache, qui envoûte, qui en dit trop, ou pas assez. Puis, quelques gestes, des à-peu-près, lâches, qui appellent l'« évachage ». Ainsi parlait… est le résultat d'un travail de recherche mené sur les mariages possibles entre la parole et le mouvement. Dirigée par l'auteur Étienne Lepage et le chorégraphe Frédérick Gravel, la recherche prend appuie sur le choc de leurs démarches respectives. Ils secouent l’ordre établi, prennent leur époque à bras-le-corps, bousculent les codes du théâtre et de la danse.

  • George Stamos (Chorégraphe indépendant)

    Le chorégraphe montréalais George Stamos est diplômé de la SNDO d’Amsterdam, établissement de premier plan dans le monde de la recherche en danse contemporaine. Tout au long de sa carrière prolifique, George approfondit la pratique du médium danse de manière à la fois physique et intellectuelle. Ses pièces Reservoir-Pneumatic 2009, Husk 2012 et Liklik Pik 2012, créations hybrides qui fusionnent danse, performance et autres médias, ont été acclamées par le public et la critique. En 2012, George est choisi pour être chorégraphe en résidence à l’Agora de la danse 2012- 2014, devient membre du corps enseignant de l’Université Concordia et reçoit la prestigieuse bourse de McKnight Foundation pour chorégraphes internationaux. Par ailleurs danseur accompli, George a dansé pour plusieurs chorégraphes de renom, et a donné de nombreux stages aux professionnels de la danse à travers le Canada.

    • Liklik Pik
      • Dany Desjardins, George Stamos

        Photo: Belle Ancell

      Liklik Pik est un duo transdisciplinaire expérimentant des assemblages débridés entre interactions fraternelles et énergies animales. Animant la figure totémique du cochon - à la fois le mignon petit animal de contes pour enfants mais aussi son alter ego, le porc sale -Stamos et son complice Dany Desjardins ne cessent de jouer de ces multiples facettes, évoquant leurs anciens animaux de compagnie ou les fétichismes alimentaires. Liklik Pik se déploie en un enchevêtrement rapide de situations osant une ironie décapante et un humour absurde.

  • Louise Bédard Danse

    Founded in 1990, Louise Bédard Danse is directed by choreographer and dancer Louise Bédard. The company’s primary mandate is the creation and production of original works of contemporary dance. It also aims to develop quality performances, centered on the human experience, with the creative input of talented artists and collaborators, mindful of its core values: respect, honesty and cooperation. The company is committed to artistic research, in the context of its own dance productions, through commissioned work, various other artistic collaborations and teaching activities. It encourages interactions between different generations by opening up to a diversity of collaborators and through the mentoring of younger artists and cultural workers.

    Highly reputed for her singular, surprising pieces, often inspired by the visual arts, Louise Bédard has created more than thirty works since 1990 in which she depicts human nature in all its process of sublimation. Her recent creations — Série Solos and J'y suis — have led her to explore site-specific dance in a desire to revitalize her rapport to the audience. In parallel, her company engages in dance development through various activities geared for dance professionals, but also for the general public, in community and school environments.

    Louise Bédard is amongst the founding members of Circuit-Est centre chorégraphique. Her work both as a choreographer and dancer has led to several awards throughout her career: the Jacqueline Lemieux Prize (1983), Prix d’Auteur des 5e Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis (1996), the John A. Chalmers National Dance Award (1997) and the nomination as the Finalist in dance fit the Grand Prix du Conseil des Arts de Montréal (2005).

    • J'y suis
      • Marie Claire Forté, Bernard Martin

        Photo: George Krump
      • Alanna Kraaijeveld, Bernard Martin

        Photo: George Krump
      • Mark Eden-Towle, Marie Claire Forté, Alanna Kraaijeveld, Bernard Martin

        Photo: George Krump
      • Mark Eden-Towle, Marie Claire Forté, Alanna Kraaijeveld, Bernard Martin

        Photo: George Krump
      • Marie Claire Forté, Bernard Martin, Mark Eden-Towle

        Photo: George Krump

      J’y Suis proposes a dance production that exploits the singularities of each venue, large or small, to connect with the audience and lure them into Louise Bédard’s poetic and effervescent world of movement. Using both the site-specific and the traditional stage experience, J’y Suis thrives on the bond that is gradually woven with the audience - from the hall to the stage area - turning each spectator into an engaged witness of all action: minuscule to grand. J’y Suis means I’m here, and being there involves the audience as much as the dancers.